A la place du coeur

Arnaud Cathrine nous dépeint une cruelle réalité qui m’a bouleversé et c’est avec le coeur serré que j’ai terminé la lecture d’A la place du coeur, avec son écriture peu commune que Collection R a eu la témérité de publier.

Avis par Laurapassage

p

Titre : A la place du coeur Achetez sur Amazon
Auteur : Arnaud Cathrine
Editeur : 
Collection R
Genre : 
Young Adult
Date de parution : 
01/09/2016
Pages : 
252
Prix : 
16€00
Résumé : 
Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un  » plus si affinités « …
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la  » première fois « . Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal  Charlie Hebdo et font onze victimes… 

A la place du coeur publié chez Collection R est l’un des livres dans la tendance actuelle qui traitent des attentats terroristes. Arnaud Cathrine nous y raconte la semaine d’un lycéen ordinaire pendant l’attaque de Charlie Hebdo (et celles qui ont suivi les jours suivants).

« On n’avait pas l’âge, putain. L’âge de quoi ? J’ai dix-sept ans, la vie devant moi et de la mort partout. »

Dès le début d’A la place du coeur, on se rend bien compte que Caumes n’a rien de différent des autres jeunes de son âge. A 17 ans, en réflexion sur son son avenir et ses envies, il se voit contrôler par ses hormones, surtout quand la fille avec qui il veut sortir s’intéresse à lui. Certes, tous les adolescents ne sont pas comme lui, mais un lycéen qui prend une cuite le jour de son anniversaire, dont les potes d’horizons variés fument des joints, qui se balade en scooter, qui s’en grille une à la pause, qui est ultra-connecté, et qui pense au sexe dès qu’il interagit avec une belle fille, c’est quand même très classique et représentatif (et je ne le dis pas péjorativement). D’ailleurs, à part ses parents peut-être un peu particuliers, bien que loin d’être anormaux, tous les personnages reflètent, non pas une minorité, mais bel et bien les acteurs typiques de notre société actuelle.

Mais là s’arrête la banalité ! Quand je commence un livre, je ne cherche pas la vision de la vie réelle, mais une histoire qui va m’embarquer, me faire rêver (ou travailler mon esprit, mon imagination) et qui soit bien écrit (c’est-à-dire pas comme on parle tous les jours, à la maison ou entre amis). A la place du coeur, c’est tout l’inverse. Arnaud Cathrine fait parler (ou penser) son narrateur – Caumes – comme dans la vraie vie. Maintenant, imaginez-vous ce qu’un garçon de cet âge, partagé entre ses parents, ses cours, ses amis, sa copine, son envie de révolution et son avenir incertain peut dire…

« On est sans cesse contraints de se demander si c’est un cauchemar, si on a bien entendu, bien vu ; tout ça pour en arriver chaque fois au même constat : impossible de prendre la mesure des choses. »

Cette réalité m’a d’abord déroutée et un peu gênée (alors que je lisais ce livre pour ça, afin de me faire mon propre avis.) Et lorsque les attentats arrivent, je me suis crue revivant ces journées, collée à l’écran de télévision, la boule bien coincée au fond de la gorge, le sentiment de malaise et d’incertitude omniprésent et irritable à force de ne voir, n’entendre, ne respirer que ça, les attentats terroristes. Et je sais maintenant que je ne relirais pas de libres sur les attaques terroristes – en tout cas pas avant un bon moment – car le ton, à la fois cru et vrai d’A la place du coeur, bien que romancé, a su me remettre dans le malêtre (et le dégoût) que l’on vit chaque fois que ça se produit.

« Que nous apprend l’histoire ? […] Parfois l’histoire nous apprend rien et tout est à refaire. »

Arnaud Cathrine nous dépeint une cruelle réalité qui m’a bouleversé et c’est avec le coeur serré que j’ai terminé la lecture d’A la place du coeur, avec son écriture peu commune que Collection R a eu la témérité de publier.

  • Histoire 85%
  • Ecriture 85%
  • Personnages 85%
  • Emotions 95%
  • Originalité 95%
  • Suspense 80%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
La déferlante

Pin It on Pinterest

Share This

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!