I

Les Animaux Fantastiques - Cinéma

Les Animaux Fantastiques a su me convaincre du début à la fin, autant par son histoire, son univers, ses personnages et son visuel et j’attends avec impatience le deuxième volet de cette nouvelle saga normalement prévue pour 2018 avec toujours aux commandes David Yates et J.K. Rowling.

Avis par Laurapassage

p

Titre : Les Animaux Fantastiques
Réalisateur : David Yates
Acteurs :  Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler…
Genre : Fantastique, Aventure
Date de sortie Cinéma : 16 novembre 2016
Résumé : New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du « Moldu ») déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable.
Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d’un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s’agit d’une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l’ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d’enquêtrice. Et la situation s’aggrave encore lorsque Percival Graves, énigmatique directeur de la Sécurité du MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d’Amérique), se met à soupçonner Norbert… et Tina.
Norbert, Tina et sa sœur Queenie, accompagnés de leur nouvel ami Non-Maj’ Jacob, unissent leurs forces pour retrouver les créatures disséminées dans la nature avant qu’il ne leur arrive malheur. Mais nos quatre héros involontaires, dorénavant considérés comme fugitifs, doivent surmonter des obstacles bien plus importants qu’ils n’ont jamais imaginé. Car ils s’apprêtent à affronter des forces des ténèbres qui risquent bien de déclencher une guerre entre les Non-Maj’ et le monde des sorciers.

Les animaux fantastiques

Vous vous doutez bien qu’en tant que grande fan de la saga Harry Potter, je ne pouvais passer à côté du nouveau film dans cette univers Les animaux fantastiques réalisé par David Yates qui avait déjà réalisé les 4 derniers films Harry Potter et dont J.K. Rowling a elle-même écrit le scénario.

Les animaux fantastiques

Les Animaux Fantastiques se déroule donc, comme vous l’aurez compris, dans l’univers des sorciers d’Harry Potter, mais cette fois, nous découvrons ce monde dans les années 1920 aux Etats-Unis. Nous y suivons Newt Scamander (Nobert Dragonneau en français) qui écrira par la suite le célèbre manuel sur les animaux fantastiques. Loin d’être anodins, les choix de la date et du lieu apportent énormément de complément à l’univers déjà connu. En fait, à ce moment-là, le sorcier bulgare pratiquant la magie noire répondant au nom de Grindelwald a disparu depuis une dizaine d’années, mais sa menace est toujours bien présente. Ensuite, l’action se déroule en Amérique où les lois de la magie sont bien différentes (et beaucoup plus extrémistes qu’en Europe) et d’ailleurs, on découvre alors un tout nouveau langage spécifique à la magie.

Les animaux fantastiques

Les évènements du film se passent à vitesse grand V et c’est ainsi qu’avec la profusion d’informations, on se retrouve avec un amas de données différentes. Commençons d’abord par Les Animaux Fantastiques qui y sont dévoilés. Ils sont nombreux et pourtant peu présents. Certes, le Niffleur apparaît à de nombreuses reprises tel un gag de répétition et le Botruc est vraiment adorable pour son attachement à Newt. On pourra aussi apercevoir l’Oiseau-Tonerre qui aura son rôle à jouer, mais ils sont très peu mis en avant et ne sont clairement pas au centre de l’intrigue. Je dirais presque qu’ils ne sont qu’un prétexte pour une histoire (et donc une saga) bien plus grande qui se révèlera au fil des films. De plus, le système américain et son MACUSA (Congrès Magique des Etats-Unis d’Amérique) y sont évoqués, mais très peu développés en détail. Aussi, les fidèles de Salem qui sont contre la magie n’apparaissent que pour l’histoire et leur combat, leurs croyances et leurs personnalités ne sont que survolés. Le scénario se tient dans son ensemble, mais la surcharge d’informations nous privent de détails que l’on avait l’habitude de découvrir grâce à J.K. Rowling.

Les animaux fantastiques

Mais Les Animaux Fantastiques, c’est tout d’abord Newt Scamander incarné par Eddie Redmayne. L’acteur incarne forcément à la perfection son personnage pour le moins particulier. Mal à l’aise avec les gens, il est tout simplement maladroit dès qu’il ne s’agit plus d’animaux. En même temps, vu son « travail », je ne peux qu’approuver son côté loufoque, même si, après une remarque pertinente de Pandamis (sa chronique ICI pour plus de détails), il accumule les ressemblances avec notre cher Doctor Who. Je trouve d’ailleurs que l’ensemble des acteurs sont convaincant dans leur prestation pour ce premier volet. Une seule petite chose, même si elle va de mise avec le scénario, je suis légèrement mitigée sur le personnage de Porpentina Goldstein qui change d’avis comme de chemises pendant un bon moment… En revanche, je me suis énormément attachée au rôle du Non-Maj’ (Moldu) Jacob Kowalski qui rend encore plus crédible toute cette histoire.

Les animaux fantastiques

Car même si le film reste dans l’univers d’Harry Potter, on sent l’évolution que J.K. Rowling a voulu avec Les Animaux Fantastiques. Définitivement plus adulte, le film aborde un humour bien différent des blagues enfantines de Poudlard (bien qu’elles sont aussi présentes par moment) et les histoires de romance adultes sont cette fois belles et bien présentes. Quant au visuel, laissez-moi vous dire qu’il décoiffe et vous garde en haleine du début à la fin. Mélange de scènes sombres et grises pour rappeler autant l’intrigue du film que la période à laquelle il se situe et de scènes colorées pour mettre en valeur les différents animaux fantastiques, ce long-métrage ravira autant les grands que les petits (de + de 10/12 ans). D’ailleurs, les effets spéciaux y sont juste magiques ! En ce qui concerne la musique, James Newton Howard rappelle les thèmes d’Harry Potter en leur ajoutant la touche adulte nécessaire. Elle s’intègre d’ailleurs tellement bien aux images qu’on finit par ne plus y prêter une attention à sa juste valeur.

Les animaux fantastiques

Malgré tout, je reste légèrement sceptique quant à la suite (scénaristiquement parlant) des aventures de Newt Scamander et de son lien avec le méchant mis en place lors de ce premier film. Mais, Les Animaux Fantastiques a su me convaincre du début à la fin, autant par son histoire, son univers, ses personnages et son visuel et j’attends avec impatience le deuxième volet de cette nouvelle saga normalement prévue pour 2018 avec toujours aux commandes David Yates et J.K. Rowling.

  • Scénario 95%
  • Ambiance 100%
  • Personnages 95%
  • Visuel 100%
  • Sonore 85%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
Alice de l’autre côté du miroir

Pin It on Pinterest

Share This

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!