Entre mes mains le bonheur se faufile

Agnès Martin-Lugand arrive encore à me toucher avec Entres mes mains le bonheur se faufile et avec des mots simples, elle réussit à nous montrer, à travers Iris, la force que l’on peut avoir pour être heureux plutôt que de continuer une vie étriquée qui ne nous convient pas.

Avis par Laurapassage

p

Titre : Entre mes mains le bonheur se faufile Achetez sur Amazon
Auteur : Agnès Martin-Lugand
Editeur : 
Pocket
Genre : 
Romance, Contemporain
Date de parution : 
07/05/2015
Pages : 
288
Prix : 
6€60
Résumé :
Iris étouffe dans sa petite vie étriquée de la bourgeoisie de province. Un mariage qui se délite, un métier frustrant, elle s’échappe dans des drapés vaporeux et de sages petites robes sur mesure. La couture est son refuge, la machine suivant la cadence de son cœur apaisé. Jusqu’au jour de l’explosion, lorsque Iris découvre que ses parents lui ont volé ses aspirations de jeunesse.
Alors elle déchire le carcan et s’envole pour suivre la formation dont elle rêvait. Et, de fil en aiguille, sous l’égide autoritaire de l’élégante Marthe, Iris se confectionne une nouvelle vie, dans l’exubérance du Paris mondain.

Alors qu’Agnès Martin-Lugand m’avait séduite avec Les gens heureux lisent et boivent du café et La vie est facile, ne t’inquiète pas, Entre mes mains le bonheur se faufile m’attendait patiemment dans ma PAL et c’est avec le challenge Déstockage de PAL en duo et son premier thème où le livre doit se dérouler dans un pays de la communauté européenne – ici en France à Paris – que je me suis lancée dans cette lecture.

« J’écarquillai les yeux. De grands rideaux de velours noir séparaient les cabines, un mur entier de miroirs, une méridienne et des poufs en velours pourpre meublaient cet étrange boudoir. Ensuite, je découvris le stock, une vraie caverne d’Ali Baba. »

Dès le début, comme à son habitude, Agnès Martin-Lugand pose les bases avec son héroïne. Iris, une jeune trentenaire, se voit cantonnée à une vie banale où la sécurité prime sur le bonheur. Son rêve ? Devenir styliste. C’est contre un mari médecin qui e la regarde plus et une famille étriquée qu’elle part pour une formation à Paris. Habituée à rester dans son coin et à accepter qu’on décide pour elle, Iris va apprendre, tout du long de Entre mes mains le bonheur se faufile, à vivre pour elle. Et c’est partagée entre sa vie parisienne avec Marthe, son nouveau mentor et Gabriel, son séducteur responsable financier, et son ancienne vie avec son mari, Pierre qui pense davantage à son travail et à son image qu’au bonheur de sa femme, qu’elle va vivre son aventure.

Dans Entre mes mains le bonheur se faufile, Agnès Martin-Lugand utilise les mêmes codes que pour ces deux autres livres, même si l’histoire est complètement différente. Si vous avez aimé un autre de ses récits, vous apprécierez cette lecture et vice-versa. Plus mélodramatique et alambiqué que Les gens heureux lisent et boivent du café, elle ouvre ici les portes d’un monde souvent décrié, peuplé normalement de strass et de paillettes. Loin d’aller à l’évidence, elle traite des sujets forts sans pour autant les approfondir, autant pour garder le mystère de l’histoire jusqu’à la fin que pour ne pas alourdir sont récit.

« Travaille. Existe pour et par toi-même. Ta réussite lui fera comprendre à quel point il a de la chance de t’avoir, et comme par magie, il s’occupera de toi. »

Encore une fois, avec Entre mes mains le bonheur se faufile, les choix d’Agnès Martin-Lugand sont discutables et ne plairont pas à tout le monde? Pourtant, le fait de raconter le combat d’une jeune femme pour gagner en confiance en elle et réussir à vivre de c qui la rend heureuse, peut toucher chacun de nous. Dans la société actuelle où nombres d’entre nous réalisent tous les jours un travail alimentaire, elle ne pouvait tomber mieux. Et son écriture, toujours aussi simple et rapide à lire, nous permet chaque fois de passer un agréable moment. Alors certains trouveront cette nouvelle histoire clichée, mais pour ma part, elle m’est apparue pleine de bon sens.

« Je rirais au nez de quiconque me dirait que l’on ne peut pas aimer deux personnes à la fois. Si, c’était tout à fait possible. Sauf qu’on aimait pas de la même façon. »

Une nouvelle fois, Agnès Martin-Lugand me touche et cette fois-ci avec Entre mes mains le bonheur se faufile. Avec des mots simples, elle réussit à nous montrer, à travers Iris, la force que l’on peut avoir pour être heureux plutôt que de continuer une vie étriquée qui ne nous convient pas.

destockage-pal-duo-600x367

  • Histoire 75%
  • Ecriture 100%
  • Personnages 95%
  • Emotions 90%
  • Originalité 70%
  • Suspense 90%

MA NOTE :

Pin It on Pinterest

Share This

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!