I

La Belle et La Bête - Le film - Cinéma

Avec le film La Belle et La Bête, Disney réussit avec brio à rendre la magie, la féerie et le petit frisson du dessin animé de 1991 avec un visuel à couper le souffle, une musicalité très prenante, des acteurs jouant à la perfection leurs rôles et une histoire d’amour qui fait toujours autant rêver, avec des petites corrections pour le moins agréables.

Avis par Laurapassage

p

Titre : La Belle et La Bête – Le film
Réalisateur : Bill Condon
Acteurs : Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans, Kevin Kline, Josh Gad…
Genre : Fantastique, Romance, Musical, Famille
Date de sortie Cinéma : 22 mars 2017
Résumé : Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.

La Belle et La Bête - Le film

En tant que grande fan de Disney (il suffit de voir le défi Disney à voir en 2017), de ses dessins animés et encore plus de La Belle et La Bête, un de mes préférés si ce n’est pas le premier, je ne pouvais bien sûr pas laisser passer l’occasion d’aller voir l’adaptation en film. Apres vous avoir présenté les dérivés sortis sur le film, aujourd’hui je reviens pour vous donner mon avis sur le film La Belle et La Bête.

La Belle et La Bête - Le film

En tant que fidèle adaptation du dessin animé originel des studios Disney, il fallait bien trouver des acteurs représentants les personnages de La Belle et La Bête. Et autant vous le dire tout de suite, j’ai été conquise par les choix effectués. Emma Watson incarne Belle avec brio. À la fois naturelle, forte et touchante, pas une seule fois je n’ai pensé à son rôle d’Hermione et sa simple beauté représente à la perfection l’héroïne de mon enfance. Concernant la Bête, j’ai vraiment apprécié retrouver les traits du visage et d’expressions de l’acteur Dan Stevens qui incarne avec précision et réalisme un homme partagé entre son amour naissant et sa férocité. Que dire sur Gaston ? Ce personnage m’énervait particulièrement dans le dessin animé même si je voyais le potentiel d’un tel individu. Luke Evans permet de souligner le charme de Gaston en y associant parfaitement ses aspects acerbe et égocentrique qui le caractérisent si bien. Chapeau bas à Josh Gad qui incarne le premier homosexuel officiel et assumé (très visible pour les adultes, plus subtile pour les enfants, mais c’est un début) de Disney avec Le fou, bien meilleur – et davantage mis en avant – que celui du dessin animé. Je ne peux que souligner la prestation de Kevin Kline qui joue le personnage du père de Belle en lui apportant la profondeur que le côté comique du dessin animé pouvait parfois lui apporter. Dans le film, il est crédible du début à la fin et d’une justesse prenante. Difficile de juger les autres acteurs quand ils ne représentent que des voix (parfaitement maîtrisées cependant) pendant 90% du film, mais une chose est sûre, je félicite Disney pour la mixité ethnique proposée, présentant de nombreux personnages à la peau foncé sans pour autant les associer systématiquement à des domestiques (ce qui pour l’époque du film n’est certes pas très cohérent, mais remarquable).

La Belle et La Bête - Le film

Si vous vous attendez à un film différent du dessin animé originel, n’allez pas voir La Belle et La Bête ! Si vous vous attendez à une copie conforme, même chose ! Certes, le scénario reste le même et en même temps, l’histoire est adaptée du conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, ce qui laisse peur de marge de manœuvre. Les dialogues et paroles de chansons demeurent très proches de ceux du dessin animé, mais ont été « remixés » de manière à davantage convenir à la fois au format – qui se veut plus adulte en étant toujours abordable aux plus jeunes – et dans la majorité des cas plus approfondis. Là où de nombreuses zones d’ombres se faisaient sentir dans le dessin animé, le film règle avec harmonie ce problème. Plus du tout de questionnements concernant l’âge de la Bête, le lieu de l’action (bien défini comme étant en France maintenant), la saison durant laquelle se déroule l’histoire (hiver ou pas ?), le passif de la Bête ainsi que le mystère entourant la mère de Belle. Mais le film va aussi bien plus loin dans certains détails. Comment le château passe-t-il inaperçu aux yeux des villageois ? Le père de Belle a-t-il été volontairement dirigé vers le château ? Qui est le père de Zip ? Comment Belle porte-t-elle la Bête sur son cheval après l’attaque des loups ? Pourquoi la Bête montre-t-elle si peu de coeur avant de rencontrer Belle ? Bien des mystères qui trouvent enfin réponses grâce au film.

La Belle et La Bête - Le film

Mais parlons un peu du visuel. Ma plus grande peur lorsque j’ai regardé la première bande-annonce (et que j’ai vu les Funko Pop du film), c’était de ne pas accrocher au design des quatre personnages animés : Lumière, Big Ben, Mme Samovar et son fils Zip. Si au début, cela peut surprendre en comparaison avec la simplicité du dessin-animé, on s’y habitue très vite et la qualité sauve avec brio ce changement déroutant. Et cela vaut pour l’ensemble du visuel présent dans La Belle et La Bête. Les décors, autant ceux du village particulièrement bien finis, que le château à la fois imposant dans sa splendeur et réaliste, sont peaufinés jusqu’au moindre détail. Les costumes gardent l’identité de chaque personnage et de l’univers, simples et gracieux pour Belle, efficaces et moins distingués pour les villageois moins aisés et travaillés et pompeux pour les membres du château. Les effets spéciaux sont bien sûr présents, mais passent inaperçus tellement ils sont parfaitement intégrés avec le reste. Par exemple, les loups – plus typés arctiques que gris d’Europe – conjuguent à la fois réalisme et rondeurs des animations. Rien n’a été laissé au hasard et ça fonctionne à la perfection. Mon seul mini regret vient certainement de Philibert, le cheval du père de Belle qui a perdu son aspect de la race percheron dans le film.

La Belle et La Bête - Le film

Mais un Disney n’en serait pas un sans la musique et les fameuses chansons qui caractérisent si bien leurs productions. Alors que dire ? Si vous avez aimé celles du dessin animé, vous allez être ravi avec le film La Belle et La Bête. Le thème y est présent du début à la fin en fond sonore afin d’apporter la magie à chaque image présentée. Quant aux chansons, les mêmes ont été reprises, quelques paroles – comme je vous le disais ci-dessus – changées et/ou ajoutées et même que de nouvelles ont vu le jour afin d’imager encore plus les passages inédits qui complètent l’histoire. L’ambiance reste évidemment la même que pour le dessin animé initial, adapté aux plus jeunes dès 6/8 ans (aucun scène n’est plus violente que dans l’original Disney) et se concentre sur le féerique et le petit frisson du château et de la Bête. L’instrumental est retravaillé pour s’insérer au mieux au film et on sent bien la recherche de rendre plus orchestral et adulte la musique. Seul petit bémol qui ne m’a frappé qu’à un seul moment au début du film (peut-être – ou pas – que j’étais trop happée par l’histoire après), un petit défaut de doublage en français lors d’une chanson, pas forcément hyper bien cadré sur un ou deux mots. Sinon, tout est à la hauteur même supérieur au dessin animé originel.

La Belle et La Bête - Le film

Avec le film La Belle et La Bête, Disney réussit avec brio à rendre la magie, la féerie et le petit frisson du dessin animé de 1991 avec un visuel à couper le souffle, une musicalité très prenante, des acteurs jouant à la perfection leurs rôles et une histoire d’amour qui fait toujours autant rêver, avec des petites corrections pour le moins agréables.

  • Scénario 95%
  • Ambiance 100%
  • Personnages 95%
  • Visuel 100%
  • Sonore 100%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
Cendrillon

Pin It on Pinterest

Share This

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!