Le sang des Dieux et des Rois

Le sang des Dieux et des Rois est un livre passionnant pour son côté historique et la manière dont Eleanor Herman le raconte, mais décevant dans ses intrigues et l’avancée de son récit.

Avis par Laurapassage

p

Titre : Le sang des Dieux et des Rois Achetez sur Amazon
Auteur : Eleanor Herman
Editeur : 
Collection R
Genre : 
Young Adult, Historique, Fantastique
Date de parution : 
21/04/2016
Pages : 
560
Prix : 
17€90
Résumé :
Imaginez une époque où les dieux s’amusent des souffrances des hommes. Où des forces maléfiques se déchaînent aux confins du monde connu. Où des cendres des villes naissent des empires. Alexandre, héritier du trône de Macédoine, est en passe de découvrir son destin de conquérant, mais il est irrésistiblement attiré par une nouvelle venue. Katerina doit naviguer dans les eaux troubles des intrigues de la cour sans dévoiler sa mission secrète : tuer la reine. Jacob est prêt à tout sacrifier pour gagner le coeur de Katerina. Même s’il doit pour cela se mesurer à Héphestion, tueur sous la protection d’Alexandre. Enfin, par-delà les mers, Zofia, princesse persane fiancée à Alexandre malgré elle, part en quête des légendaires et mortels Dévoreurs d’Âmes, seuls capables d’infléchir son destin.

C’est intriguée, autant par les avis élogieux que par le contexte historique de ce roman, que je me suis lancée dans la lecture du livre d’Eleanor Herman : Le sang des Dieux et des Rois, narrant l’enfance romancée d’Alexandre le Grand. Ce premier tome d’une saga dont Warner Bros a acquit les droits pour en faire une adaptation en séries télévisées est certainement une des histoires les plus adultes que j’ai pu lire dans la Collection R.

« Il a d’autres projets, des projets dont son père ignore tout. Et s’ils les mène à bien, il deviendra le plus grand souverain qui ait jamais foulé cette terre. »

Dans Le sang des Dieux et des Rois, nous suivons le destin lié de plusieurs adolescents pour la majorité en Macédoine. C’est donc tout d’abord le récit d’Alexandre, revenant de son enseignement fait par Aristote et futur roi de Macédoine, qui cherche d’abord un moyen de guérir ses maux et ensuite de montrer, tout au long de ce premier tome, à quel point il peut être digne du trône. Il est accompagné d’Héphestion, un jeune qu’il a recueilli des années plus tôt, et qui est devenu son meilleur ami et son défenseur et protecteur en toutes circonstances. A Pella, nous découvrons aussi Cynané, la demie-soeur d’Alexandre, une « amazone factice » opposée à lui et décidée à arriver à ses fins. Alexandre est destiné à épouser Zofia, une adolescente ayant toujours vécue dans la richesse et qui se retrouve promue à lui malgré elle. En tentant d’éviter son mariage forcé, elle se retrouve à découvrir la vie telle qu’elle est réellement. Bien sûr, le chemin d’Alexandre croise aussi celui de Katerina, avec qui il a immédiatement un lien spécial. Elle se montre déterminée bien qu’elle cache de lourds secrets et elle est très amoureuse de Jacob, un paysan rusé qui se retrouve à participer au Tournoi du Sang.

C’est donc avec une profusion de personnages qu’Eleanor Herman nous raconte la jeunesse d’Alexandre Le Grand. Et changeant de point de vue à chaque chapitre, cette abondance finit par totalement perdre le lecteur. Heureusement, les personnages, bien que tous affublés de diminutifs qui deviennent usants à la longue, sont tous très différents, ce qui permet un changement de rythme permanent. D’un autre côté, dans Le sang des Dieux et des Rois, ne vous attendez pas à comprendre les ressentis des personnages qui sont peu retranscrits, en particulier pour les garçons.

« Après avoir étudié l’Histoire auprès d’Aristote, Alex sait que les alliés changent de camp à une fréquence alarmante. La plupart des proches de Philippe ont été assassinés – pas par des ennemis avoués, mais par des amis intimes. »

Dans Le sang des Dieux et des Rois, Eleanor Herman nous dévoile une écriture riche et travaillée, en particulier pour le contenu historique. Elle arrive à diversifier les sujets, passant de l’amour au combat, de la magie (trop peu présente) aux secrets et surtout par la quête du pouvoir. On sent d’ailleurs qu’elle bouillonne d’idées, n’arrivant pas forcément à les condenser de la bonne manière, ce qui nous donne un livre avec une mise en place infinie et une accumulation d’évènements qui n’aboutissent pas vraiment. Du coup, elle utilise des facilités pour les faire avancer, employant l’instinct, le bon timing, la chance ou la bonne personne au bon endroit un peu trop souvent. Alors forcément, après des pages à attendre des révélations et une avancée dans l’histoire, on se doute du dévoilement final bien avant de le découvrir. Dommage.

« – Une merveille du monde moderne : le mausolée. Bâti par la reine Artémise pour y abriter la dépouille de son mari, le roi Mausole. Tu vois les deux personnages dans ce chariot, tout là-haut ? Ce sont le roi et la reine. […] Ce monument est un poème en pierre chantant l’amour et la douleur d’avoir perdu l’être aimé. »

Vous comprenez maintenant que c’est avec un avis mitigé que je ressors de cette lecture. Le sang des Dieux et des Rois est un livre passionnant pour son côté historique et la manière dont Eleanor Herman le raconte, mais décevant dans ses intrigues et l’avancée de son récit.

  • Histoire 85%
  • Ecriture 95%
  • Personnages 75%
  • Emotions 60%
  • Originalité 90%
  • Suspense 90%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
The Scorpion Rules

Pin It on Pinterest

Share This

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!