Les silences de Thalès

Les silences de Thalès est une histoire simple, sans grand rebondissement, mais dont les sujets sont forts et douloureux. À travers de belles émotions, Hélène Louise a su composer son récit difficile en y apportant fluidité et douceur pour encore davantage toucher ses lecteurs.

Avis par Laurapassage

p

Titre : Les silences de Thalès Achetez sur Amazon
Auteur : Hélène Louise
Editeur : 
Editions de la Chimère
Genre : Contemporain, Young Adult
Date de parution : 21/04/2016
Pages : 214
Prix : 10€90
Résumé : Thalès vient d’emménager à Bayères-sur-Loire. Elle a seize ans, un prénom improbable et le goût des mots. Elle a un nouveau chien, un nouveau chat, une nouvelle maison. Elle a aussi un père, Pierre (professeur de mathématiques, vraisemblablement dépressif, addict au crochet) et une petite sœur, Sidonie (surdouée, hypersensible, gothique). Les vacances d’été commencent… Entre deuil-story et comédie romantique, une histoire positive et divertissante

Alors que nous échangions depuis un moment sur Instagram, Hélène Louise m’a proposé de découvrir son roman Les silences de Thalès publié aux Editions de la Chimère qui regroupe tous ses livres. De part son résumé, je me doutais qu’il serait question d’une histoire douce, avant tout concentrée sur la reconstruction de ses personnages, mais j’ai aussi été surprise par la simplicité de ce récit qui se délecte à la manière d’un chocolat chaud.

« – Isolde, commença-t-il avec emphase. En veux-tu seulement au corps d’éphèbe de mon père, façonné par des années de dur labeur, ou as-tu des visées plus cérébrales, comme l’assujettir par le Scrabble ? »

Thalès est une adolescente pas forcément très sociable et qui préfère notamment la compagnie de sa famille. Elle aime particulièrement la lecture, en français ou anglais et les influences plus ou moins récentes comme la série Doctor Who. Pas évident de se démarquer avec son entourage pour le moins éclectique. Entre un père qui ne se remet pas tout à fait de la perte de sa femme et compense par des activités manuelles généralement prisées des femmes et sa sœur Sidonie, qui malgré son jeune âge, connaît plus que choses qu’un adulte et exprimé son deuil par un look gothique, elle semble banale, dénuée d’habitudes fantasques vers lesquelles les autres se sont réfugiés. Désormais accompagnée d’un chien, d’un chat et de sa tante Isolde qui s’est greffée à la petite famille, elle rencontre Clément, jeune adolescent qui lui-même a traversé quelques rebondissements dans sa courte vie. Mais leurs nombreuses passions communes sauront les rapprocher afin qu’ils puissent enfin lâcher ce qu’ils ont sur le coeur.

Malgré que le sujet de la mort soit omniprésent, Les silences de Thalès évoque surtout les formes d’expression et la reconstruction de chacun face à la perte d’un être cher. Alors que certains ont besoin d’extérioriser leur peine et de la montrer à tous, une façon comme une autre qu’elle fasse partie d’eux, comme pour Sidonie, d’autres à l’image du père des deux jeunes filles, composent en remplissant leur temps et leurs pensées par une activité prenante. Ils sont trois à montrer de différentes manières leur peine. Thalès, elle, préfère presque se cacher, ne pas évoquer sa perte et vivre avec sans pour autant vraiment surmonter son chagrin qui fera toujours partie d’elle. C’est d’ailleurs en cela qu’elle va se rapprocher et par même certains aspects se reconnaître en Clément, sans pour autant le réaliser et le comprendre au début. C’est d’ailleurs la grande force de cette histoire : comment, tout naturellement, des êtres se lient, se comprennent et s’aident à se reconstruire sans même vraiment s’en rendre compte.

« – Pourquoi ne s’entend-t-on pas avec ses proches ? Et pourquoi s’entendrait-on bien avec eux, d’ailleurs ? On peut aimer les gens et ne pas les supporter. Ou les supporter sans les aimer, ce qui est sans doute pire… »

Bien que Les silences de Thalès mentionne plusieurs fois des sujets difficiles, il n’en est pas moins exempt d’humour, souvent apporter grâce à de nombreuses références. Hélène Louise présente son récit de la manière la plus fluide qui soit, sans recourir à des péripéties ou actions invraisemblables et futiles, et raconte de la plus simple des façons le quotidien de ses personnages. On sent bien ses influences anglophones à travers les nombreuses mentions de livres, séries ou expressions présentes tout au long de l’histoire. Un peu trop peut-être, nécessitant des notes de pages récurrentes indispensables pour la compréhension de tous. Au fil du récit, elles deviennent un peu trop présentes, coupant régulièrement le lecteur dans son rythme. Pour autant, cela n’empêche pas l’auteure de transmettre la sensibilité et l’émotion de sa touchante histoire.

« On croit toujours gaffer en parlant d’un mort à un proche, ou en faisant une allusion indirecte, comme si la personne endeuillée risquait d’avoir oublié sa mort et se dire : « C’est nul, justement je n’y pensais plus, ma journée est gâchée maintenant ! ».« 

Les silences de Thalès est une histoire simple, sans grand rebondissement, mais dont les sujets sont forts et douloureux. À travers de belles émotions, Hélène Louise a su composer son récit difficile en y apportant fluidité et douceur pour encore davantage toucher ses lecteurs.

  • Histoire 90%
  • Ecriture 85%
  • Personnages 95%
  • Emotions 90%
  • Originalité 80%
  • Suspense 60%

MA NOTE :

16/20

Pour ceux qui ont aimé :
Eleanor & Park

En voir plus :
– D’autres chroniques : Livraddict / Babelio / Goodreads
– D’autres citations : Babelio

Photos Instagram :

Les silences de Thalès
Les silences de Thalès

Pin It on Pinterest

Share This

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!