Luke Cage - Saison 1

A l’image des deux précédentes séries Marvel déjà proposées par Netflix, Luke Cage est à la hauteur de son personnage qui reste très fidèle aux comics. L’importance de la communauté afro-américaine et la puissance des femmes réussissent à renouveler le genre et à apporter de la fraîcheur à cette première saison qui souffre malheureusement du manque de méchants à l’échelle du pays ou même de la Terre.

Avis par Laurapassage

Luke Cage - Saison 1
p

Titre : Luke Cage – Saison 1
Créateur : Cheo Hodari Coker
Acteurs : Mike Colter, Mahershala Ali, Simone Missick
Genre : Fantastique, Action
Format : 44–65 minutes
Résumé : Transformé en colosse surpuissant à la peau impénétrable après avoir été le cobaye d’une expérience sabotée, Luke Cage s’enfuit et tente de recommencer à zéro dans le Harlem d’aujourd’hui, à New York. Bientôt tiré de l’ombre, il va devoir se battre pour le cœur de sa ville dans un combat qui l’oblige à affronter un passé qu’il espérait avoir enterré.

 

 

Après Daredevil et ses deux saisons et Jessica Jones, Netflix s’attaque au personnage de Luke Cage (justement présenté dans Jessica Jones) afin de pouvoir former par la suite The Defenders avec en plus Iron Fist. Vous n’êtes pas sans savoir que les séries Netflix consacrées à Marvel sont de haut niveau et Luke Cage n’échappe pas à la règle.

A la fin de Jessica Jones, Luke Cage se retrouve sans rien et décide de rejoindre Harlem, là où sa deuxième vie a commencé à une certaine époque. Il vit très modestement et ne cherche rien d’autres que vivre sa petite vie tranquille en faisant le bonheur des autres. Luke Cage est un vrai gentil. Il a des valeurs et, à la base, il n’utilise pas son don (force et résistance surhumaines) dans son quotidien et n’a aucune vocation à devenir justicier. Seulement, il fait souvent preuve de malchance et attire malgré lui les problèmes mettant en danger ses proches. Ce personnage est clairement le plus attachant que l’on n’ait pu découvrir jusqu’ici et les divulgations sur son passé ne vont que confirmer cette impression. De plus, Mike Colter interprète le super-héros avec beaucoup de justesse, tantôt rude et énervé, tantôt câlin et blessé.

Comme je vous le disais, Luke Cage se retrouve à Harlem. C’est le quartier représentant au mieux la population afro-américaine et ainsi, cette saison nous plonge dans l’univers black de cette partie de New York. Tout est fait pour nous plonger dans l’ambiance. La bande originale est juste parfaitement adaptée à l’atmosphère que dégage chaque situation. Ainsi, on y retrouve certains des acteurs noirs déjà bien connus tels que Mahershala Ali que j’avais découvert dans Les 4400 et retrouvé dans Hunger Games et Alfre Woodard connue pour son rôle dans Desperate Housewives et que l’on retrouvera très vite dans la nouvelle série Netflix : Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Mais Harlem signifie aussi guerre des gangs, comme tout quartier de New York qui se respecte. C’est ainsi que  Theo Rossi (connu pour son rôle dans Sons of Anarchy) apparaît pour représenter la population hispanique (et son gang).

Les points de vue de cette première saison sont nombreux. En dehors du bon côté avec Luke Cage et de celui des méchants, on voit également celui de la police, dont certains agents cherchent désespérément à élucider les affaires qui se trament à Harlem et d’autres bel et bien corrompus. La violence, comme dans tous les Marvel adaptés par Netflix est aussi très présente et Luke Cage risque sa vie à de nombreuses reprises, malgré sa résistance physique surhumaine. Et les scènes de combats avec lui sont à la fois crédibles (à la limite de ses pouvoirs bien sûr) et très bien réalisées, à l’image de combats de rue plus évolués.

Alors bien sûr, une série Marvel Netflix n’en serait pas une sans la présence de Claire Temple jouée par Rosario Dawson, l’infirmière déjà aperçue dans Daredevil et Jessica Jones. Les clins d’oeil à Hell’s Kitchen y sont nombreux tout au long de la saison, nous préparant à la suite avec Iron Fist, mais surtout avec les Defenders qui regroupera les 4 personnages. Mais le grand plaisir avec cette première saison de Luke Cage, c’est vraiment la présence des femmes, les femmes puissantes qui ont de l’influence. Encore plus que Jessica Jones, elles sont nombreuses et ont toutes une grande importance dans l’histoire. A contrario, cette première saison manque cruellement d’un grand méchant présent du début à la fin. A l’échelle du quartier de Harlem, nous retrouvons au fil des épisodes divers méchants qui vont tous se manipuler les uns les autres, mais aucun ne se démarquera vraiment.

A l’image des deux précédentes séries Marvel déjà proposées par Netflix, Luke Cage est à la hauteur de son personnage qui reste très fidèle aux comics. L’importance de la communauté afro-américaine et la puissance des femmes réussissent à renouveler le genre et à apporter de la fraîcheur à cette première saison qui souffre malheureusement du manque de méchants à l’échelle du pays ou même de la Terre.

  • Scénario 95%
  • Ambiance 90%
  • Personnages 90%
  • Visuel 90%
  • Sonore 100%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
Daredevil – Saison 2

 

0 I like it
0 I don't like it

Laissez moi un commentaire