Marquer les ombres

Marquer les ombres est un premier tome riche dans son univers et dans la personnalité de ses personnages et Veronica Roth nous montre comment deux héros de deux peuples complètement opposés et aux valeurs et à l’éducation si différentes, peuvent vouloir la même chose et ce, malgré un manque d’action certain.

Avis par Laurapassage

p

Titre : Marquer les ombres Achetez sur Amazon
Auteur : Veronica Roth
Editeur : 
Nathan
Genre : 
Young Adult, Science-fiction
Date de parution : 
17/01/2017
Pages : 
464
Prix : 
17€95
Résumé : 
Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un « don’, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

J’ai connu Veronica Roth par sa saga Divergente que j’avais bien aimé, malgré le personnage de Tris qui m’énervait de plus en plus au fil des tomes. Quand Steven du blog Plume Bleue m’a proposé une lecture commune de Marquer les ombres publié aux éditions Nathan, je n’ai pas hésité.

« Je n’ai pas choisi le sang qui coule dans mes veines. Pas plus que tu n’as choisi ton destin. Toi et moi, nous sommes devenus ce qu’on nous a fait devenir. »

Marquer les ombres se focalise en priorité sur deux personnages, avec leur deux points de vue, Cyra qui raconte l’histoire dans ses chapitres et Akos avec un narrateur omniscient. Ils sont tous les deux opposés, vivants sur la même planète, faisant partie de deux peuples ennemis. Cyra est une dure à cuire, elle n’a pas eu le choix pour s’en sortir entre un père dictateur sans cœur et un frère qui a finit par prendre le même chemin. De par son don-flux, elle se protège, mais blesse finalement tout le monde et devient une arme malgré elle. Elle apparaît d’abord froide, à l’image de sa famille et de la réputation qui la précède, mais une fois qu’elle baisse un peu sa carapace, on découvre une jeune fille attachante, battante, cultivée et avec de vraies valeurs. Akos, quant à lui, a une vie rêvée dans un monde pacifiste. C’est un enfant facilement impressionnable. Jusqu’au jour où sa vie bascule. En grandissant, il devient fort, réfléchi et il sait s’adapter aux gens qui l’entourent, aux situations qui surviennent, sans pour autant oublier son but et ses croyances. L’un est le feu. L’autre est la glace.

Comme dans tout livre de science-fiction, l’univers de Marquer les ombres est riche et complexe. Mais là où Veronica Roth réussit un tour de force, c’est qu’après quelques chapitres de présentation des personnages et de leur cadre de vie complètement différents et élaborés, elle apporte petit à petit de nouveaux éléments pour enrichir la vision du lecteur. Alors que sa plume était encore jeune pour l’écriture de Divergente, elle arrive dans cette histoire à détailler les décors, l’action, les ressentis des personnages, sans se perdre et en restant claire. Certes, Marquer les ombres est loin d’être un premier tome d’action qui est distillée ci et là par petites touches avant les cent dernières pages haletantes. Mais l’auteure a fait le choix de se concentrer à la fois sur ses personnages et sur la manière dont ils vivent et se perçoivent.

« Tous les gens sont violents. Il y a juste ceux qui résistent à leurs pulsions, et les autres. Mieux vaut l’admettre et pouvoir s’en servir pour accéder aux autres aspects de sa personne que de se mentir à soi-même. »

Alors oui, certains lecteurs préfèrent sans doute un livre bourré d’action où les scènes s’enchaînent sans aller en profondeur. Autant vous dire que là, ce n’est pas le cas. Car avec Marquer les ombres, Veronica Roth s’applique à montrer les différences entre les peuples de Cyra et Akos. Comme je vous le disais, ils sont opposés en tout point. Et les deux héros vont devoir apprendre à ne plus regarder ce qu’ils veulent voir, à retirer leurs œillères et à tenter de se comprendre. Le récit se focalise sur le bien et le mal et explique qu’il y a les deux en chaque personne et que c’est elle qui décide si elle souhaite mettre plus en avant l’une ou l’autre. Que ce soit par facilité, pour se défendre, par loyauté, par bonté… L’auteure fait comprendre à son lecteur que des deux côtés, les deux facettes sont présentes, que ce soit chez le peuple guerriers Shotet ou chez le peuple pacifiste Thuvhésit. Et malgré un destin tracé, Cyra et Akos vont comprendre que c’est à eux de choisir leurs chemins.

« C’était étrange d’être observée ainsi par quelqu’un qui avait une telle soif d’apprendre, quelqu’un qui savait que sa survie dépendait de ce qu’il parviendrait à assimiler. Cela me donna le sentiment d’être utile. »

Marquer les ombres est un premier tome riche dans son univers et dans la personnalité de ses personnages et Veronica Roth nous montre comment deux héros de deux peuples complètement opposés et aux valeurs et à l’éducation si différentes, peuvent vouloir la même chose et ce, malgré un manque d’action certain.

Aparté concernant les polémiques sur Marquer les ombres et Veronica Roth : Plagiat et Racisme

Tout d’abord, si l’on regarde les critiques haineuses (je ne parle pas de ceux qui n’ont pas aimé le livre, mais de ceux qui encouragent des polémiques à mon sens infondées), on remarque deux sujets : le plagiat et le racisme.

Le plagiat
Concernant le plagiat, cela remonte à la sortie de Divergente qui serait un plagiat de Hunger Games. Tout le monde sait que j’ai adoré Hunger Games et moins Divergente (en raison du personnage de Tris qui m’énervait de plus en plus au fil des tomes). Pourtant, je n’ai jamais envisagé que l’un serait le plagiat de l’autre.

Pourquoi ? Tout simplement parce que Hunger Games serait un plagiat de Battle Royal et ainsi de suite. En clair, vous prenez 10 dystopies différentes et vous les comparez. Dans 9 cas sur 10, elles auront le même schéma, les mêmes codes, les mêmes bases à quelques détails prêts.

Si on parle de plagiat, je vais prendre un exemple simple et connu : Twilight.
Twilight est-il un plagiat de Buffy contre les vampires par exemple parce que la fille humaine tombe amoureuse du ténébreux vampire ?
Est-ce que c’est un plagiat de Entretien avec un Vampire ?
Est-ce que Vampire Diaries ou True Blood sont des plagiats de Twilight ?

Les idées sont universelles et les auteurs écrivent généralement parce qu’ils lisent. Et on s’inspire tous, tout le temps, de quelqu’un, à plus ou moins grande échelle. Et en littérature young adult par exemple, il y a des « codes » faciles, répétitifs, habituels.

C’est d’ailleurs ce qui a fait qu’il y a eu une overdose de bit-lit pendant un moment, de triangles amoureux maintenant et de dystopies très bientôt.

Alors Divergente est-il un plagiat de Hunger Games ? Je dis non.

Le racisme
Parlons maintenant du racisme évoqués par certains qui serait présenté dans le livre. Déjà, quand j’ai montré mon acquisition sur Instagram, on m’a « prévenu ». De base, je suis le genre de personne qui ne croit que ce qu’elle voit et quand je lis 4/5 phrases du livres citées qui dénonceraient du racisme, j’attends, avant de juger, d’avoir lu en intégralité le livre.

Les points dénoncés sont multiples (et je tiens à préciser que ceux cités proviennent des premiers chapitres, c’est-à-dire sur les 30 premières pages où les deux héros ne se connaissent pas et sont issus de deux peuples qui se haïssent).

Les Shotet sont généralement de peaux sombres suite à de nombreux métissages. Cyra explique qu’ils sont pour la plupart de sang-mêlé. Ok. Ils sont décrits comme violents et sauvages par les Thuvhésit qui sont leurs ennemis.
Est-ce du racisme ? Est-ce que justement, n’est-ce pas ceux qui le dénoncent qui créent des amalgames ?
Personnellement, je n’ai jamais associé les personnes de couleurs foncées aux mots violents et sauvages.
Des gens violents, il y en existe de toutes les couleurs. Il suffit de repenser aux guerres des 100 dernières années.
Quant aux personnes sauvages, elles font pour moi référence à d’anciennes cultures et traditions qui existaient autant en Afrique que chez les Vikings.
Donc pas de racisme selon moi puisqu’il suffit de remonter dans le temps pour se rendre compte que ces caractéristiques ont concerné toutes les couleurs de peau.

Le deuxième point concerne la langue des Shotet qui est décrite comme gutturale en opposition avec celle plus douce des Thuvhésit.
Est-ce raciste ? Et bien je prendrais l’exemple simple de l’opposition entre l’italien par exemple qui est une belle langue à entendre et l’allemand qui est dur. Les deux nationalités sont d’origine de couleur de peau blanche, il me semble.
Est-ce pour autant du racisme ? Ou n’est-ce qu’un constat ?
La langue représente-t-elle la couleur de peau d’un peuple ? Non plus.

Pour conclure, je me pose deux questions :
Est-ce que si ça avait été l’inverse, y aurait-il eu un tel déferlement pour dénoncer un racisme envers les peaux claires ? Je n’en sais rien et j’aurai dénoncé exactement les « fausses » polémiques selon moi.
Et pourquoi personne ne dénonce le fait que les peaux de type asiatique ne sont pas plus représentées ? Parce que ça n’a aucun intérêt, que c’est de la fiction et qu’on ne peut pas reprocher à un auteur de ne pas représenter toutes les populations dans un livre.

Et bien, je vous donnerai un dernier exemple avec la série Marvel’s Luke Cage proposée par Netflix. L’action se déroule dans le quartier d’Harlem, à New York et la majorité des acteurs sont blacks. Et qu’est-ce qui a été dit sur le net ? Que les blancs et hispaniques n’étaient pas assez représentés ! Parce que bien sûr, on n’a pas encore assez d’adaptations Marvel avec une majorité de personnes à la peau claire ????

Alors a-t-on vraiment besoin de chercher la petite bête là où il n’y en a pas ? Je rappelle que ce n’est que de la fiction…

  • Histoire 90%
  • Ecriture 95%
  • Personnages 100%
  • Emotions 85%
  • Originalité 85%
  • Suspense 90%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
Yggdrasil

Pin It on Pinterest

Share This

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!