I

Miss Peregrine et les enfants particuliers - Cinéma

En analysant tous les défauts du film et ses incohérences, je me suis rendue compte à quel point Miss Peregrine et les enfants particuliers avaient été gâché. C’est un film qui s’adresse aux plus jeunes (moins de 10 ans) car ils n’y verront certainement pas toutes les inepties que j’ai pu détecter, mais qui sont bien trop nombreuses pour un adulte, qu’il ait lu ou non le livre de Ransom Riggs…

Avis par Laurapassage

p

Titre : Miss Peregrine et les enfants particuliers
Réalisateurs : Tim Burton
Acteurs : Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L. Jackson…
Genre : Fantastique, Famille
Date de sortie Cinéma : 5 octobre 2016
Résumé : À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

miss-peregrine-et-les-enfants-particuliers-6

A l’annonce de l’adaptation de Miss Peregrine et les enfants particuliers, le tome 1 de la saga de Ransom Riggs par Tim Burton, j’étais ravie car il me semblait l’un des meilleurs réalisateurs à pouvoir tirer partie de cette histoire originale qui mélange horreur et particularité.

miss-peregrine-et-les-enfants-particuliers-3

L’univers de l’histoire Miss Peregrine et les enfants particuliers est un mélange d’horreur très limitée, de fantastique peu poussé (se limitant aux dons peu originaux des enfants particuliers) et de jeunesse. Burton avait alors le choix de respecter le livre en y ajoutant pas forcément sa patte ou alors de pousser aux extrêmes soit le côté terrifiant soit le côté fantastique quitte à sortir un peu de la trame principale. Au vue de la bande-annonce, j’aurai pensé qu’il se serait engagé dans le dernier choix en accentuant les côtés décalés des personnages, comme à son habitude qui sont souvent décalés et un peu fous. Que neni, j’y ai retrouvé le sentiment mitigé que m’avait donné le livre : un assemblage divertissant qui ne va pas au bout des choses. Je n’y ai pas du tout ressenti sa patte. D’ailleurs, le côté historique est complètement oublié et il est à peine fait illusion à la Seconde Guerre Mondiale. De plus, alors que le livre se démarquait par son originalité, le film m’a semblé comme un remix de divers univers. Le casting m’a fait pensé à celui de Harry Potter et du Monde Narnia avec des enfants très lisses, l’orphelinat et les dons m’a rappelé les X-Men et autres super héros, certaines scènes (dont une dans l’eau et une dans la neige) me sont apparus comme une mauvaise copie de scènes d’Harry Potter et je ne parle même d’Enoch et ses créatures qui copient Babyface de Toy Story. Les méchants comme Baron, quant à eux, m’ont semblé déjà vus et revus sans rien apporter de transcendant à la qualité visuelle.

miss-peregrine-et-les-enfants-particuliers-5

Alors forcément, vous me direz que j’avais trouvé plusieurs faiblesses dans le scénario du livre et que du coup, elles se ressentent encore plus dans le film puisque certaines scènes y sont coupées. Sauf que si l’on compare le livre au film, nombreuses sont les différences illogiques. Sans rentrer dans les détails, l’histoire du premier tome de Ransom Riggs, Miss Peregrine et les enfants particuliers, pouvait facilement être casée en 2 heures. Seulement, dans le film, les révélations y sont soit plus rapides soit omises… A la première bande-annonce, on pouvait s’imaginer que la Emma du film était un mélange d’Emma et d’Olive, mais non, elles ont tout simplement été interverties. Et que dire du bateau naufragé du film qui est un mélange mal réalisé de l’épave de l’armée, du sous-marins et des barques du livre… Mais le « pire » dans tout ça, c’st qu’après avoir respecté plus ou moins l’histoire du livre pendant plus d’une heure, Burton nous balance 30/40 minutes de pure invention !!!! Car si je pensais qu’il pouvait s’agir d’une partie du tome 2 que je n’ai pas lu (bien que l’ambiance y est totalement différente du reste du film), il n’en est rien. Et là, je ne comprends tout simplement pas le choix de réaliser une adaptation pour bafouer complètement la fin en spoliant faussement les fans.

miss-peregrine-et-les-enfants-particuliers-2

Sauf qu’avec du recul, je me rends compte que Miss Peregrine et les enfants particuliers se destine bel et bien à un public d’enfants. Et cela me semble des plus logiques vu le nombre d’incohérences du film. Car dès les premières images, entre une personne qui a lu le livre et une autre ignorante, un fossé se creuse. Plutôt que de respecter le livre en commençant l’histoire avec Jacob et son meilleur ami allant voir son grand-père, il s’agit en fait d’une collègue quadragénaire qui se retrouve à tirer dans le vide, en l’air, sur un méchant qu’elle ne voit pas !!! Expliquez-moi la logique… Forcément, la compréhension de la scène jusqu’aux explications n’est pas la même selon la personne qui regarde. Que dire du bateau qui a coulé, qui est donc percé, mais qu’on arrive à faire re-flotter sans en bouchant les trous et dont les occupants sont sous forme de squelettes encore bien gentiment assis à table ??? Je ne parlerai pas non plus en détail des Ombrunes qui ne peuvent reprendre leur forme humaine si elles sont blessées alors que Miss Peregrine le peu, ni de Baron qui n’a plus besoin de lentilles pour dissimuler ses yeux blancs dans le climax final… Mais le pire (oui encore une fois), c’est le principe du paradoxe temporel, car quand on joue avec le temps (et de mémoire, Ransom Riggs ne fait pas de fautes transcendantes là-dessus dans le premier tome), Burton arrive à nous donner la pire des pires démonstrations en terme d’inepties temporelles en enlevant ce qui a été fait par un personnage au début du film, tout ça parce qu’il meurt dans une boucle temporelle par la suite. Genre, il n’y a que moi qui trouve ça absurde ???

miss-peregrine-et-les-enfants-particuliers-7

Et que dire des acteurs ? Outre le cameo inutile de Burton dans le climax final, je n’ai rien de très spécial à relever. Eva Green, actrice autant détestée qu’adulée, m’a fait ni chaud ni froid. J’en attendais certainement un peu plus de sa part, mais elle joue son rôle « normalement ». Les enfants sont tous très proprets et incarnent très bien leurs personnages donc je ne saurais en dire plus. Malheureusement, les personnages sont encore moins attachants que dans le livre alors qu’il se focalisait déjà bien plus sur les dons que les personnalités de chacun. Et ma seule déception revient à Samuel L. Jackson, au talent incommensurable, et qui se retrouve à jouer un pauvre méchant peu crédible, plus comique que terrifiant alors que le potentiel ne manquait pas. Et je finirais en disant que la musique m’avait beaucoup marquée dans la bande-annonce et qu’elle ne m’a du tout transcendée durant tout le film…

miss-peregrine-et-les-enfants-particuliers-4

Au final, vous vous direz que je n’ai pas aimé le film. En sortant de la salle, j’étais très mitigée et puis, en voulant mettre toutes mes notes sur papier, en analysant tous les défauts du film et ses incohérences, je me suis enfin rendue compte à quel point Miss Peregrine et les enfants particuliers avaient été gâché. C’est un film qui s’adresse aux plus jeunes (moins de 10 ans) car ils n’y verront certainement pas toutes les inepties que j’ai pu citer, mais qui sont bien trop nombreuses pour un adulte, qu’il ait lu ou non le livre de Ransom Riggs…

  • Scénario 50%
  • Ambiance 70%
  • Personnages 70%
  • Visuel 70%
  • Sonore 65%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
Alice de l’autre côté du miroir

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This