Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens est un roman à découvrir par tous les adolescents (et adultes) où Becky Albertalli sait mettre en avant l’homosexualité à travers plusieurs situations et sans s’accompagner de rebondissements dramatiques.

Avis par Laurapassage

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens
p

 

Titre : Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens Achetez sur Amazon
Auteur : Becky Albertalli
Editeur : 
Le livre de poche Jeunesse
Genre : Contemporain, Young Adult
Date de parution : 12/04/2017
Pages : 352
Prix : 6€90
Résumé : Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il « rencontre » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui sinon qu’ils fréquentent le même lycée. Simon commence à être raide dingue de Blue mais cela reste secret. Jusqu’au jour où il commet l’erreur monumentale de laisser ouverte sa session sur l’ordi du lycée. Martin, un de ses camarades de classe, lit ses emails et menace de tout révéler.

 

 

Avec les bons échos que j’ai eu sur cette histoire, je ne pouvais passer à côté de Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens. La fluidité et la sincérité de l’écriture de Becky Albertalli a déjà fait le tour de la blogosphère et je ne pouvais manquer ce partenariat avec Le livre de poche Jeunesse.

 

« Tu ne trouves pas que tout le monde devrait en passer par le coming-out ? Pourquoi l’hétérosexualité serait-elle la norme ? Chacun devrait déclarer son orientation, quelle qu’elle soit, et ça devrait être aussi gênant pour tout le monde, hétéros, gays, bisexuels ou autres. Je dis ça je dis rien.« 

 

 

Simon, le héros de ce livre, a tout d’un adolescent ordinaire. Il va au lycée avec ses trois meilleurs amis, mange à la cantine avec une bande de copains un peu plus grande et fait du théâtre. Depuis quelques temps, il échange surtout avec Blue dont il ignore l’identité, mais dont il tombe un peu plus amoureux chaque jour. Son seul souci dans la vie : il n’ose pas avouer son homosexualité. Pour lui, ça n’a aucun sens de devoir dire qu’il est gay alors que les hétéros n’ont pas besoin de le faire. Et surtout, il craint que sa famille en face une montagne et que ses amis ne le voient plus de la même manière. Car oui, même Nick, Abby et Leah ne connaissent pas cette partie de lui. J’aurais aimé vous en dire plus sur eux, mais leurs personnages ne sont que peu développés alors qu’ils l’auraient mérité. L’histoire se concentre davantage sur Blue l’énigmatique qui ne veut pas être découvert et dont la quête de son identité prend une part importante pendant les trois quarts du livre. On découvre aussi Martin, certainement le personnage le plus abouti de Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens grâce à ses multiples facettes, tantôt gentil, tantôt méchant. Et la vie de Simon va s’en retrouver complètement chamboulée.

J‘ai d’abord été surprise par la manière dont Becky Albertalli nous amène dans l’histoire. Même si c’est toujours le cas, j’ai vraiment eu cette impression de m’immiscer dans la vie de Simon pour y découvrir une tranche qui allait tout changer. Cet aspect m’a quelque peu dérouté au début, comme si la mise en place du livre était réalisée par le résumé de la quatrième de couverture et non pas dans le roman même. Mais cela ne m’a pas empêché d’adhérer totalement au récit après une cinquantaine de pages. Becky Albertalli sait comment aborder le thème de l’homosexualité en toute simplicité. Elle évoque les peurs de Simon avec naturel, sans en faire un drame et tout en gardant bien en tête tous les tourments d’un adolescent de 16 ans. À l’image de n’importe quel lycéen, il se découvre et veut s’accepter et s’assumer tel qu’il est. Mais le chemin vers l’affirmation n’est pas tout rose et les embûches et la peur ne sont jamais bien loin. Avec humour, détermination, tendresse et parfois des réactions impulsives, on apprend petit à petit à découvrir Simon sur la route du coming out. Un livre avec un beau message de tolérance et d’acceptation de soi.

 

« Et je n’arrête pas de sourire. Parce que franchement y a des moments c’est trop de travail que de ne pas sourire.« 

 

 

Malgré un sujet important, Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens reste prévisible dans son intrigue. Les hauts et bas sont bien présents dans l’histoire de l’adolescent, mais la finalité demeure avant tout bienveillante. Pour autant, la quête d’identité du mystérieux Blue apporte du piquant au récit et, pour ma part, le doute était encore présent lors de sa révélation. Les rebondissements sont ainsi finalement peu présent, mais cela n’enlève en rien la fluidité de lecture. Becky Albertalli nous fait ainsi passer un agréable moment en la compagnie de Simon et c’est avant tout une bouffée de bonheur et d’espoir qu’elle transmet ici. Elle n’hésite d’ailleurs pas à évoquer la tolérance en général, sur des sujets variés, s’écartant ainsi du thème de l’homosexualité. Et à défaut d’y découvrir les vrais ressentis des amis de Simon, on peut apprécier les réactions diverses de sa famille, de ses parents à ses deux sœurs. Alors évidemment, sans connaître réellement les personnages secondaires, on ne peut que s’attacher à Simon.

 

« Leah m’a expliqué un jour qu’elle préférait encore qu’on la traite de grosse en face plutôt que de devoir écouter les gens se gausser du poids d’une autre. Je crois que, dans le fond, je suis du même avis. Il n’y a pas pire humiliation que celle, secrète, de se faire insulter par procuration.« 

 

 

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens est un roman à découvrir par tous les adolescents (et adultes) où Becky Albertalli sait mettre en avant l’homosexualité à travers plusieurs situations et sans s’accompagner de rebondissements dramatiques.

 

  • Histoire 95%
  • Ecriture 100%
  • Personnages 90%
  • Emotions 85%
  • Originalité 80%
  • Suspense 75%

MA NOTE :

17/20

 

Pour ceux qui ont aimé :
Normal(e)

 

 

En voir plus :
– D’autres chroniques : Livraddict / Babelio / Goodreads
– D’autres citations : Babelio

 

Photos Instagram :

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens
Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens
0 I like it
0 I don't like it

4 Comments

  1. Tu me donnes envie de lire ce bouquin. Si vraiment le sujet est traité sans clichés et avec finesse, je me dis que ça peut être sympa :)

  2. Ce livre je l'aime tellement... Un vrai coup de coeur pour moi et définitivement l'un de mes livres chouchous <3

    • L'histoire est particulièrement touchante et l'homosexualité y est traitée à la perfection. Ce genre de lectures fait vraiment du bien, elle donne véritablement de l'espoir.

Laissez moi un commentaire