Présentation : Ce que murmure la mer chez Magic Mirror Editions

Hello les passagers,

 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous présenter la prochaine parution de la maison d’édition Magic Mirror Editions : Ce que murmure la mer.

Magic Mirror Editions

Au détour d’une page, nous vous invitons à passer de l’autre côté du miroir… 

Je vous invite tout d’abord à faire un tour sur mon article : Magic Mirror Editions – Nouvelle maison d’édition où vous retrouverez la présentation de la maison d’édition ainsi que celle de sa première parution : Ronces Blanches et Roses Rouges.
Vous pouvez également retrouver mon avis sur Ronces Blanches et Roses Rouges de Laetitia Arnould.

Où retrouver Magic Mirror Editions ?

  

 

Offre Magic Mirror :
1 marque-page offert avec le code
laurapassage-sp2017

 

La deuxième parution de Magic Mirror Editions :
Ce que murmure la mer de Claire Carabas

Sortie le 31 août 2017 et je vous proposerai bien sûr ma chronique sur le livre au plus vite !

Dans l’intimité de La Petite Sirène

Au fil de ce récit qui revisite le texte des d’Andersen, Claire Carabas convoque deux voix pour conter le drame : celle de la petite sirène, et celle de son amour manqué. Un roman poignant, intimiste, presque viscéral.

L’histoire de la sirène qui aimait l’homme n’a pas d’âge, l’impossibilité de cette pulsion se noue à la manière des grandes tragédies et étouffe inexorablement l’héroïne.
Pourtant, quand Galathée aperçoit Yvon, solitaire sur son bateau à voiles, l’amour la foudroie et la pousse à toutes les folies. Eperdue, désespérée, animée par un espoir aveugle, elle parvient à se faire une place dans la vie du jeune marin, mais qu’en est-il de son cœur ?
Redécouvrez le conte d’Hans Christian Andersen à travers les témoignages des amants empêchés et vivez le drame comme jamais vous ne l’avez exploré : de l’intérieur.

Claire Carabas, les contes dans la peau

Il était une fois… Une auteure à la plume douce et hypnotique qui était avant tout une lectrice. Elle aimait par-dessus tout ouvrir un livre près du feu qui crépite ou se réunir avec d’autres, sentir ses paupières se fermer quand le conteur prononce l’ancestrale formule magique « Il était une fois ».
Claire Carabas, est fascinée par les histoires qui viennent de loin, qui traversent les âges de bouche en bouche, s’enrichissant au passage de ce que les hommes sont. Les contes ont toujours eu sur elle de bien curieux pouvoirs : « pouvoir d’évasion dans des mondes merveilleux peuplés de fées, de dragons et de créatures fabuleuses. Pouvoir de partage entre celui qui raconte et celui qui écoute. Pouvoir d’évocation d’histoires enfouies dans les profondeurs du conte. ». Cette influence du conte traditionnel dans sa dimension la plus absolue se distille dans les écrits de Claire Carabas et offre des textes envoûtants et atemporels.

Quatre questions pour découvrir le roman et sa créatrice :

1- Pour quelles raisons avez-vous écrit ce livre ?
Depuis l’année dernière, je relisais beaucoup de contes et j’avais un projet d’écriture d’un recueil.C’est ainsi que j’ai découvert le blog Carnet enchanté et la maison d’éditions Magic Mirror. Il s’agit d’une maison d’édition dédiée à la réécriture de contes et au merveilleux. Le concept m’a séduite. Il s’est trouvé qu’à cette période, Magic Mirror publiait un appel à texte intitulé Écailles et écumes sur le thème de la petite sirène. La petite sirène est un conte que j’affectionne beaucoup. Les mondes sous-marins m’inspiraient. C’était vraiment cette histoire que j’avais envie de raconter. Les personnages se sont imposés à moi, parfois de façon impérieuse et j’ai eu envie de raconter l’histoire sous leur angle.
Par ailleurs, je participais au Mooc Draft quest. Il s’agit d’une plate-forme d’écriture qui soulève des thématiques d’écriture. Cela m’a permis de faire connaissance avec d’autres auteurs et d’échanger avec eux. J’y ai trouvé mes premiers bêta-lecteurs pour cette histoire et une belle dynamique d’écriture.

2 – Pourquoi avoir choisi le conte La Petite Sirène ?
La petite sirène est un de mes contes préférés. J’ai vécu des années près de l’océan et je garde une nostalgie de cette proximité qui me permettait d’aller me promener sur la plage même par temps gris. Je peux passer des heures à regarder les vagues, à écouter leur chant. Je suis fascinée par les profondeurs.
Mais il y a une autre raison pour laquelle ce conte a pour moi une importance particulière : Petite, ma mère me racontait l’Odyssée d’Ulysse qui se fit attacher au mât de son bateau pour résister au chant des sirènes. Puis j’ai découvert La petite sirène d’Andersen qui présente une toute autre personnalité, sauvage et attachante. J’ai gardé cette double image de la sirène, à la fois femme fatale et enfant immature. Dans les librairies ou les bibliothèques, je suis toujours curieuse de feuilleter les représentations qui sont faites des sirènes et je trouve que Mina M a su, dans l’’illustration de « Ce que murmure la mer » transmettre cette ambivalence.

3 – Quel est le lectorat visé par ce roman ?
En écrivant, je n’ai pas visé un public particulier. Je pense que le texte s’adresse à tous ceux qui aiment le merveilleux et qui croient à la richesse des contes de fées. Mais c’est une histoire moderne qui s’intéresse à la difficulté de communiquer. Je pense les sentiments qu’éprouve la petite sirène peuvent être partagés par beaucoup d’humains !

4 – Quels sont vos futurs projets littéraires ?
« Ce que murmure la mer» a pris une grande place dans ma vie. Ce roman a occupé du temps et une partie de mon imaginaire pendant tout le temps de l’écriture puis de réécriture. J’ai attendu le verdict de l’éditrice avec l’impatience commune à de nombreux auteurs. Les semaines suivantes ont aussi été chargées. C’était grisant de voir le projet se concrétiser. Mais cette aventure laissait peu d’espace à un autre projet.
Et puis, maintenant que ma sirène prend son essor et que son destin ne dépend plus vraiment de moi, il me vient des envies de raconter d’autres histoires. Après les parages de l’océan, le récit qui me vient se passe dans les marais. Il tire ses racines d’une fable ancienne mais il ne s’agit pas d’une réécriture de conte. Et surtout, il n’en est encore qu’à son début.

Lire des extraits
Précommandez sur la boutique Magic Mirror

 

4 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Merci pour cet article! Je vais avoir la chance de pouvoir le lire en numérique, j'ai vraiment hâte, ce roman a l'air génial *.*

Laissez moi un commentaire