I

Riverdale - Saison 1

La première saison de Riverdale démarre sur les chapeaux de roues, mêlant une enquête sur une mort mystérieuse et une ambiance stéréotype qui réussit convaincre malgré ses clichés, pour ne plus s’arrêter avant un cliffhanger final qui rend l’attente de la saison 2 encore plus difficile. Netflix réussit encore une fois un beau pari avec cette adaptation de Archie Comics.

Avis par Laurapassage

p

Titre : Riverdale – Saison 1
Réalisateur : Roberto Aguirre-Sacasa
Acteurs : K.J. Apa, Lili Reinhart, Camila Mendes, Cole Sprouse.
Genres : Drame, Thriller
Date de diffusion : 27 janvier 2017
Résumé : Sous ses airs de petite ville tranquille, Riverdale cache en réalité de sombres secrets. Alors qu’une nouvelle année scolaire débute, le jeune Archie Andrews et ses amis Betty, Jughead, et Kevin voient leur quotidien bouleversé par la mort mystérieuse de Jason Blossom, un de leurs camarades de lycée. Alors que les secrets des uns et des autres menacent de remonter à la surface, et que la belle Veronica, fraîchement débarquée de New York, fait une arrivée remarquée en ville, plus rien ne sera jamais comme avant à Riverdale…

Riverdale - Saison 1

Alors que j’étais un peu en pénurie de séries à regarder tard le soir, je voyais tout le monde parler de Riverdale dont les deux premiers épisodes venaient de sortir sur Netflix. C’est donc tout naturellement que je me suis lancée à la découverte de cette adaptation libre de Archie comics (déjà adapté en animation sous le nom de Archie, mystères et compagnie en 1999).

Riverdale - Saison 1

La première chose que l’on remarque dès qu’on regarde Riverdale, c’est à quel point les acteurs sont beaux, très beaux, trop beaux. Rassurez-vous, vous comprendrez vite que c’est conforme à l’ambiance de la série et qu’il n’y a donc rien d’étonnant à ce que même le mec le plus à la ramasse qui fout sa vie en l’air soit plus beau que la majorité des gens que vous croisez chaque jour. Mais alors qu’en est-il du jeu d’acteurs ? J’y reviendrai plus tard, mais étant donné que les personnages sont dans l’extrême caricatural, il est difficile de pouvoir jauger les comédiens sur leur prestation. Ils remplissent tous parfaitement leurs rôles, que ce soit le trio de base avec Archie (K.J. Apa), Betty (Lili Reinhart) et Veronica (Camila Mendes), où Jughead (Cole Sprouse) est venu se greffer. Et il y a bien sûr Cheryl (Madelaine Petsch), Kevin (Casey Cott), Alice Cooper (Mädchen Amick), Fred Andrews (Luke Perry), et Hermione Lodge (Marisol Nichols) pour les plus présents. Mais en même temps, chaque personnage se distingue non pas par leur caractère, mais par leur 3/4 expressions faciales favorites que l’on retrouve en boucle dans la saison, comme le sourire quasi forcé de Betty, le froncement de sourcils de Veronica ou le regard interrogateur/charmeur d’Archie. Et le plus fort, c’est que si pendant le premier épisode on ne voit que ça, on finit par vite l’oublier et comprendre que les personnages sont ainsi.

Riverdale - Saison 1

Oui, parce que Riverdale, c’est tout un tas de clichés et stéréotypes réunis en une seule saison qui arrive, alors qu’au début on est obnubilé par eux, à nous ambiance complètement dans ce style d’américanisation à la mode rêve américain. Pour ne parler que des personnages puisque je reviendrai plus tard sur tout l’aspect visuel de la série, ils réunissent l’ensemble de tous les stéréotypes que l’on a pu voir dans les séries que l’on regarde depuis les années 90, le tout en une seule et même série ! Nous avons donc droit au dragueur qui sort avec toutes les filles (mais gentil, attention), à la fille parfaite qui va finir par exploser (trop gentille), à la fille pourrie gâtée qui ne comprend pas d’où vient l’argent de son papa (mais gentille, elle aussi), de la peste idéalisée dans toute l’école (mais que les autres ne peuvent s’empêcher d’aider et d’apprécier), de l’homosexuel souriant et parfait (et fils d’un papa flic super compréhensif), d’une maman superficielle et d’un papa qui trime pour élever son gamin (encore tous les deux gentils), de l’alcoolique dénigré (mais qui a le coeur sur la main), etc etc etc… Non Non, je n’en rajoute pas, vous avez la panoplie complète ! Et vous savez quoi ? Ça marche à la perfection ! Il faut le voir pour le croire !!!

Riverdale - Saison 1

Mais parlons un peu du scénario, qui lui ne subit aucun clichés… ou pas. La série démarre sur les chapeaux de roues avec une enquête comme il y en a dans toutes les séries qui en possèdent une pour trame principale : une mort mystérieuse. Alors non, elle n’a rien de très originale, mais elle est traitée de telle manière qu’elle tient en haleine à chaque épisode. Les secrets de chacun sont éventés petit à petit, mais jusqu’à la fin de la saison, il semble difficile de comprendre les subtilités de la vie de tous alors qu’elles sont toutes entremêlées. De plus, les scénaristes ont fait un travail remarquable sur la confection des épisodes. Alternant entre les adultes et les adolescents, de moments insignifiants de leurs vies où l’on apprend à les connaître et recherches pour comprendre la mort qui les obsèdent tous, les événements s’enchaînent et seuls quelques moments nous permettent de souffler avant qu’une nouvelle révélation fasse surface. C’est grandement bien mené, digne d’un thriller haletant qu’on ne peut plus lâcher. Ainsi, tous les styles sont mis à l’honneur. Entre les différentes romances qui se déroulent pendant cette première saison, l’enquête policière qui ne s’arrête pas avant la fin, les manipulations nombreuses et courantes, la vie de famille avec ses petites morales très américaines, les interrogations qui ne cessent de travailler les personnages et les moments où toute la tension disparaît, il y en a pour tous les goûts et l’ensemble tient parfaitement la route. Chapeau bas messieurs !

Riverdale - Saison 1

Avec un visuel parfait, autant dans sa vision des stéréotypes américains que dans son rendu qui ne pouvait pas mieux être réalisé. Et bien oui, parce qu’avec un lycée tel qu’on en voit qu’aux Etats-Unis – ou plutôt, devrais-je dire dans les séries se déroulant aux Etats-Unis – où tous les adolescents sont parfaits (physiquement parlant bien sûr), où ils passent peu – pas – de temps en cours, où leurs activités extra-scolaires sont nombreuses – très très nombreuses – et variées, l’ambiance est déjà bien installée. Si on ajoute à cela le quartier résidentiel de la classe populaire, le quartier des pauvres et bien sûr les luxueuses demeures des riches, mais aussi le Dinner qui est ouvert 24h/24 où le patron est toujours présent et le Drive In, pour ne citer que les plus récurrents, on comprend aisément dans quelle ambiance se déroule l’histoire d’Archie et ses amis. Et on se prend au jeu parce qu’on rentre immédiatement dans ce monde qui n’existe nulle part ailleurs qu’à la télévision, dans une ville où tout le monde semble se connaître alors qu’il y a déjà pas moins de deux lycées blindés de gamins. Et on finit avec une touche de musique très populaire et dans l’esprit des jeunes qui s’aiment, veulent la paix, sont amoureux et cherche leur liberté. Vous êtes alors pris au piège, accro et fan de cette premier saison de Riverdale qui vous aura retourné le cerveau avec tous ces clichés.

Riverdale - Saison 1

La première saison de Riverdale démarre sur les chapeaux de roues, mêlant une enquête sur une mort mystérieuse et une ambiance stéréotype qui réussit convaincre malgré ses clichés, pour ne plus s’arrêter avant un cliffhanger final qui rend l’attente de la saison 2 encore plus difficile. Netflix réussit encore une fois un beau pari avec cette adaptation de l’univers Archie Comics.

  • Scénario 95%
  • Ambiance 100%
  • Personnages 85%
  • Visuel 100%
  • Sonore 95%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
13 Reasons Why – Saison 1

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This