The Memory Book

Avec The Memory Book, Lara Avery nous offre une histoire saisissante, en montrant qu’on peut garder espoir et rester fort et déterminé même en ayant une maladie incurable.

Avis par Laurapassage

The Memory Book
p

Titre : The Memory Book Achetez sur Amazon
Auteur : Lara Avery
Editeur : 
Lumen
Genre : 
Young Adult
Date de parution : 
12/05/2016
Pages : 
442
Prix : 
15€00
Résumé :
On me dit que ma mémoire ne sera plus jamais la même, que je vais commencer à oublier des choses. Au début juste quelques-unes, mais ensuite beaucoup plus. Alors je t’écris, cher futur moi, pour que tu te souviennes ! Sam a toujours eu un plan : sortir première du lycée et filer vivre à New York. Rien ne l’en empêchera – pas même une anomalie génétique rare qui, lentement, va commencer à lui voler ses souvenirs, puis sa santé. Désormais, ce qu’il lui faut, c’est un nouveau plan. C’est ainsi que naît son journal : ce sont les notes qu’elle s’envoie à elle-même dans le futur, la trace des heures, petites et grandes, qu’elle vit. C’est là qu’elle consignera chaque détail proche de la perfection de son premier rendez-vous avec son amour de toujours, Stuart. Le but ? Contre toute ttente, contre vents et marées : ne rien oublier. Au détour des pages de The Memory Book, mélange étonnant d’extraits de son journal, de notes personnelles et de messages de son entourage, vous ne pourrez que tomber amoureux de Sam, une fille comme aucune autre qui apprend à vivre sa vie à pleines dents, même si ce n’est pas celle qu’elle avait planifiée.

Quand j’ai vu la couverture de The Memory Book pour la première fois, j’ai été très intriguée qu’il sorte aux éditions Lumen, puisque je suis habituée à les découvrir dans des genres tels que la dystopie, le fantastique ou le jeu vidéo, mais pas dans le contemporain. Et dès que j’ai lu son résumé, j’ai su que je le lirais.

 

« Je ne veux pas être de ces gens qu’on peut définir à l’aide d’une légende plaquée au bas de leur portrait. Je crois que la plupart du temps les gens font semblant de s’amuser sur les photos juste pour convaincre les autres qu’ils s’éclatent. Mais ça, ce n’est pas la vie, pas vrai ? »

 

 

Car en découvrant la quatrième de couverture, on sait que l’on va suivre Sam, atteinte d’une maladie orpheline incurable qui va d’abord lui enlever sa mémoire. Forte et déterminée, la jeune adolescente va rester droite et digne tout le long de l’histoire. Elle va garder de l’espoir malgré la NPC (Niemann-Pick type C) en se mentant beaucoup à elle-même sur les conséquences que pourrait avoir l’évolution de sa maladie. Par conséquent, elle n’apparaît pas comme la jeune fille la plus attachante qui existe. Et pourtant, tout du long de son journal, elle va si bien nous montrer les raisons de son attachement et ses sentiments envers son entourage, que ses proches en deviennent extrêmement touchants. Transmettant au lecteur son amour pour eux, elle pointe chaque particularité de la personnalité et/ou de l’histoire de chacun, tout en ne restant pas complètement objective.

Malgré tout, The Memory Book manque d’émotions. Toute l’histoire se déroule dans la retenue de Sam, alors que l’on connait l’issue finale de sa vie. Pourtant, l’attente de découvrir son futur après la révélation de sa maladie tient le lecteur en haleine du début à la fin du livre. Et, outre les clichés créés par Lara Avery, afin que l’histoire soit intéressante, on finit la lecture du récit en pleurs.

 

« Il n’y a pas beaucoup de certitudes dans la vie. En revanche, tout est possible. »

 

 

Mais toute la beauté de The Memory Book réside dans sa mise en page, entremêlant journal intime, souvenirs importants du passé et listes. En plus, Sam fait participer ses proches au journal. Et Lara Avery arrive chaque fois à nous surprendre en adaptant l’écriture, selon si c’est Sam qui parle et l’évolution de sa maladie, ou si c’est quelqu’un de plus jeune ou de moins cultivé. Aussi, l’alternance de moments parlant de la maladie et ceux d’une adolescente normale, rend l’histoire autant touchante que réaliste.

 

« Maman (nom féminin, quarante-deux ans) : petite personne brune qui t’a donné la vie. On dirait un elfe de Tolkien avec des rides d’expression. »

 

 

Avec The Memory Book, Lara Avery nous offre une histoire saisissante, en montrant qu’on peut garder espoir et rester fort et déterminé même en ayant une maladie incurable.

  • Histoire 85%
  • Ecriture 95%
  • Personnages 75%
  • Emotions 65%
  • Originalité 90%
  • Suspense 55%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
A comme Aujourd’hui

0 I like it
0 I don't like it

11 Comments

  1. Il n'y a pas un film qui est sorti ou va sortir inspiré de cette histoire ?

    • Je ne crois pas, mais il y a pas de film qui parle des problèmes de mémoire, du à la maladie ou à un accident.

  2. Celui-ci m'intrigue tellement !

    • Je pense que tu peux te lancer dans cette lecture sans soucis, même si pas transcendante et innovante, on se prend vraiment dans l'histoire.

  3. Comme je savais que tu allais le lire, j'attendais ton avis haha ! Globalement j'ai l'impression qu'on a eu le même ressenti avec cette lecture, du coup je n'ai rien à dire de plus, si ce n'est que je suis contente que tu aies apprécié ^^

    • Oui, j'ai relu ta chronique après avoir postée la mienne et effectivement, nos deux avis sont quasi similaires, à part que ça a été un coup de coeur pour toi et que j'ai regretté de ne pas être aussi émue que je m'y attendais, mais ça reste un super livre !

    • Oh, non, ça n'a pas été un coup de cœur pour moi. Je suis très difficile pour les coups de cœur, j'en ai rarement xD Mais j'avais effectivement été un peu plus touchée que toi, il me semble ^^

  4. Il m'intrigue vraiment beaucoup ce roman. C'est quand même une histoire qui a l'air touchante :)

    • L'histoire est très touchante, pas aussi émouvante que je l'espérais, mais ça reste un récit qui fonctionne parfaitement bien sans qu'on puisse le lâcher.

  5. The Memory Book vient d'arriver à la médiathèque et je pense que je vais bientôt l'emprunter parce que j'ai hâte de le découvrir :)

    • Je pense qu'il te plaira. De toute façon, à partir du moment où on est pas réfractaire aux histoire touchant la maladie grave, on ne peut qu'aimer !

Laissez moi un commentaire