The Ones

The Ones m’a fait grincer des dents, créant un réel paradoxe dans mes sentiments sur cette histoire sans pour autant que je puisse la lâcher avant la fin. Daniel Sweren-Becker et Hugo Roman – New Way ne vous laisseront pas indifférents avec ce livre à l’intrigue captivante.

Avis par Laurapassage

p

Titre : The Ones Achetez sur Amazon
Auteur : Daniel Sweren-Becker
Editeur : 
Hugo Roman – New Way
Genre : 
Dystopie, Young Adult
Date de parution : 
06/10/2016
Pages : 
336
Prix : 
17€00
Résumé : 
 Cody a toujours été fière d’appartenir aux Ones. Son petit ami, James, et elle font partie du 1% de chanceux sélectionnés à la naissance par le gouvernement pour être modifiés génétiquement. Aujourd’hui, les Ones excellent en tout : ils sont beaux, talentueux, intelligents, sportifs… Mais pour certains, c’est une injustice. Et le mouvement Equality profite allégrement de la jalousie et de la peur montante au sein de la société, pour gagner des voix et imposer son parti. Le gouvernement américain montre alors sa face la plus sombre et les Ones deviennent illégaux. Alors que la frontière entre bien et mal se brouille, Cody rejoint un groupe de radicaux qui ont bien l’intention de préparer la révolte. Et James commence à se demander jusqu’où elle pourrait se battre…

Dans les sorties du mois d’octobre, The Ones de Daniel Sweren-Becker publié chez Hugo Roman – New Way m’intriguait avec son résumé traitant d’un sujet sensible et qui fera certainement parti de notre futur : les modifications génétiques.

« A présent, les plus âgés des Ones avaient un impact sur le monde. Plusieurs des pairs de James et Cody avaient déjà accompli des choses épatantes pour des gens de leur âge : obtenu un diplôme universitaire ; gagné une médaille olympique ; créé des entreprises florissantes ; eu un impact considérable sur le monde des arts, de la musique ou des sciences. Il était évident que ces gamins étaient nés avec un avantage colossal. »

L’histoire de The Ones se concentre sur deux d’entre eux, Cody et James, un couple de lycéens à qui tout réussit jusqu’aux dernières mesures prises par la gouvernement. James est un garçon qui m’a beaucoup touché. Altruiste, pacifiste et perfectionniste, il ne cherche que le bonheur de son entourage sans jamais faire du mal aux autres. Il réfléchit toujours avant d’agir aux conséquences de ses actes et montre la voix de la sagesse. Cody, de son côté, est une dure à cuire. Elle fonce tête baissée, accorde sa confiance à tous ceux qui vont dans son sens et s’obstine coûte que coûte jusqu’à ne plus respecter ses valeurs. Ces deux personnages opposés m’ont rendu chèvre et ce serait mentir que de vous dire qu’ils ne m’ont pas touchée, intriguée et énervée ! Je les ai autant aimés que détestés à certains moments.

Et le maître mot de The Ones est la discrimination. Loin d’avoir inventé une situation, l’auteur a adapté l’esclavage et l’antisémitisme de la Seconde Guerre Mondiale – pour ne citer qu’eux – à la haine de ces Ones si parfaits. Il va même plus loin en traitant un sujet encore plus d’actualité : le terrorisme. Il n’a aucune peur des extrêmes et nous montre la lutte entre le bien et le mal qui se confondent parfois.

« Et Cody endura tout. Elle se renforça. Elle puisait du réconfort dans leur peur. Elle accepta le fait que cela risquait de se prolonger indéfiniment sans qu’elle puisse rien y changer. Mais elle ne perdit pas espoir. »

Là où justement j’émettrais un bémol qui m’a fait enragé pendant ma lecture, c’est au niveau du gouvernement. Ses décisions qui bafouent ouvertement les droits de l’Homme, perdent en crédibilité. Certes, on sait que dans les dystopies, toutes les règles sont jetées aux ordures et que tout est remis en question. Seulement, en allant dans les extrêmes sur les lois adoptées, la lutte des Ones et les réactions de la société, on finit par ne plus croire à cette histoire à la base tout à fait probable dans le futur.

« C’est un jour nouveau, Cody, et tout le monde est concentré sur l’égalité, à présent. La Cour suprême, le Congrès, le ministère de l’Education… les autorités estiment qu’il est de notre devoir de veiller à ce que chacun dispose des mêmes chances. »

C’est pourquoi The Ones m’a fait grincer des dents, créant un réel paradoxe dans mes sentiments sur cette histoire sans pour autant que je puisse la lâcher avant la fin. Daniel Sweren-Becker et Hugo Roman – New Way ne vous laisseront pas indifférents avec ce livre à l’intrigue captivante.

  • Histoire 85%
  • Ecriture 95%
  • Personnages 90%
  • Emotions 85%
  • Originalité 90%
  • Suspense 85%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
La déferlante

Pin It on Pinterest

Share This

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!

Souscrire à la Newsletter

Pour ne rien rater des prochains articles du blog, des news et mises à jour sourcrivez à la Newsletter.

You have Successfully Subscribed!