The Revolution of Ivy - Tome 2

Une fois encore les éditions Lumen ne me déçoivent pas et Amy Engel nous livre un deuxième tome mêlant une nouvelle fois à la perfection la dystopie et la romance. Toujours aussi crédible et parfaitement écrit, cette histoire se clôture à la perfection avec ce dernier volet où les personnages se révèleront totalement.

Avis par Laurapassage

p

Titre : The revolution of Ivy Achetez sur Amazon
Auteur : Amy Engel
Editeur : 
Lumen
Genre : 
Young Adult, Dystopie, Romance
Date de parution : 
05/11/2015
Pages : 
326
Prix : 
15€00
Résumé : 
Condamnée à l’exil pour ses crimes, Ivy se retrouve seule au-delà de la barrière qui protège les siens d’un monde hostile, dévasté par l’arme atomique des décennies plus tôt. Trahie par sa famille, abandonnée par Bishop, elle doit quitter Westfall et s’enfonce dans la nature sauvage et découvre qu’elle est habitée. Cette année, mon tour est venu. Mais la ville où elle est née se tord dans les convulsions d’un coup d’État, et le chaos ne tarde pas à régner. C’est un Bishop différent qui débarque dans le camp où Ivy s’est réfugiée, un Bishop qui a découvert, entretemps, plus d’une vérité. Il est temps pour la jeune fille de décider ce qu’elle compte faire : se venger ou… faire la révolution ? Le deuxième et dernier tome de la série The Book of Ivy clôt une saga dystopique où survie en milieu hostile, complots meurtrier et manipulations politiques se mettent en travers du chemin d’un duo à l’alchimie saisissante.

Après un premier volet exceptionnel, Amy Engel nous délivre The Revolution of Ivy, la suite et fin de The Book of Ivy, avec une couverture française encore magnifique. Les éditions Lumen m’ayant habitué à des livres tous plus réussis les uns que les autres, je savais que celui ne serait pas une exception. Et pourtant, je n’avais aucune idée de la tournure que pouvait prendre l’auteure après la fin du tome 1.

« Je relève la tête et m’essuie les yeux. Fille. Epouse. Tueuse. Traîtresse. Ce sont toutes d’anciennes versions de moi. A partir de maintenant, je deviens une survivante. »

 

Dès le début, nous retrouvons Ivy, qui a été chassée de la ville pour des crimes qu’elle n’a pas commis mais pourtant avoué. Amy Engel se voit dans l’obligation de nous exposer la situation pendant plusieurs pages, laissant Ivy affronter son exil avec difficulté. Avec peu d’action, la première partie de The Revolution of Ivy nous laisse avec une héroïne meurtrie, qui reste sur la réserve et qui se montre compliquée à comprendre, tellement son comportement n’a parfois rien de logique. Tout au long de ce tome, Ivy sera perturbée par le jugement qu’elle a subi et demeura partagée envers les personnes de son ancienne vie, hésitant entre suivre son coeur ou se refermer complètement. Elle finira par se révéler plus déterminée, forte et passionnelle au fil des épreuves qu’elle traversera avec courage.

Dans The Revolution of Ivy, elle fera la rencontre de Caleb et Ash qui, malgré une méfiance première pour le jeune homme, se dévoueront totalement à notre héroïne, la sauvant, la soutenant et la suivant quoi qu’elle fasse. De son côté, Bishop, fidèle à lui-même, gardera son tempérament patient et compréhensif, laissant à Ivy autant de chances que nécessaire pour qu’elle lui redonne sa confiance.

« Peut-être m’en serais-je mieux tirée si j’avais été expulsée avant de rencontrer Bishop ? Avant de m’habituer à avoir quelqu’un qui m’écoute, qui marche à mes cotés. Avant d’être aimée, je supportais mieux la solitude. »

 

Après un début long mais nécessaire, Amy Engel ne se prive pour nous montrer le monde sombre dans lequel les personnages vont évoluer, à l’extérieur de Westfall. Les décors, toujours aussi bien retranscrits par l’auteure, nous permettent de comprendre la dureté de la nouvelle vie d’Ivy. De son écriture toujours aussi captivante, simple et fluide, Amy Engel jouera en permanence entre le bien et le mal dans The Revolution of Ivy, alternant entre les extrêmes et la demi-mesure. Et elle ne se privera pas de nous faire vivre autant de drames que de beaux moments.

Amy Engel, ayant fait le choix d’une duologie (plutôt qu’une trilogie très à la mode), gardera la faculté, dans The Revolution of Ivy, de détailler autant les décors, les sentiments des personnages que l’action de l’histoire. Elle prend beaucoup de risques pour arriver au dénouement final, n’utilisant pas les codes habituels de la dystopie et nous offrant une fin peu commune ne dénaturant pas la nature des personnages principaux. Mêlant une nouvelle fois avec brio la dystopie et la romance, les retournements de situation s’enchaineront tout le long du livre et le seul regret sera de ne pas en apprendre plus sur l’histoire de Westfall.

« Tous les secrets que j’ai gardés sont comme les couches d’un oignon. On épluche, on épluche, et il y en a toujours un en réserve. »

 

The Revolution of Ivy est proche du coup de coeur pour moi. Une fois encore les éditions Lumen ne me déçoivent pas et Amy Engel nous livre un deuxième tome mêlant une nouvelle fois à la perfection la dystopie et la romance. Toujours aussi crédible et parfaitement écrit, cette histoire se clôture à la perfection avec ce dernier volet où les personnages se révèleront totalement.

  • Histoire 85%
  • Ecriture 95%
  • Personnages 85%
  • Emotions 90%
  • Originalité 100%
  • Suspense 95%

MA NOTE :

Pour ceux qui ont aimé :
The Book of Ivy

0 I like it
0 I don't like it

4 Comments

  1. J'ai vraiment apprécié la tournure de cette saga, surtout pour le côté survie car la romance, je l'ai trouvé parfois un peu trop plate.

    • Dans le premier tome, la romance est plus intéressante que dans le deuxième puisque dans le second, Ivy se met des barrières toute seule sans véritable raison... Mais le côté survie, parfois un peu lent à mon avis, était vraiment nécessaire pour comprendre le fonction du monde à leur moment et en dehors de Westfall.

  2. J'ai tellement aimé cette duologie ! J'ai beaucoup aimé le côté survie du deuxième tome ^^

    • Oui, le côté survie est pour moi le véritable point fort de ce deuxième tome puisqu'on découvre vraiment l'envers du décor en dehors de Wetsfall.

Laissez moi un commentaire